Dans quelles situations utiliser les tests de connaissance ?

Retour à la liste Analyses

4 exemples concrets d’utilisation des tests de connaissances

La validation des acquis est l’une des modalités d’évaluation de l’efficacité de la formation. Les tests de connaissances sont également utilisés dans d’autres contextes variés, en lien avec une formation (avant et/ou après) ou indépendamment. Le format est très variable, du questionnaire à choix multiple au quiz intégrant du multimedia, à réaliser en temps minuté, avec ou sans certification finale. Bref, autant de modalités que d’objectifs. Voici 4 situations relevées parmi nos clients dans lesquelles les tests de validation des acquis répondent à des objectifs différents.

 tests de connaissances

1. Un outil de validation du niveau pour délivrer des habilitations

Un grand groupe industriel international a besoin tous les ans de vérifier le niveau de certains salariés en matière de sécurité.

300 personnes par an passent donc entre 1 et 6 tests de connaissance pointus. Ces tests étant obligatoires pour obtenir une habilitation nécessaire à leur fonction, ils se déroulent dans un centre d’examen. Si les résultats obtenus sont satisfaisants, les collaborateurs sont habilités à effectuer certaines missions. Dans le cas contraire, une formation est requise.

Ces mêmes tests sont également utilisés à l’issue de la formation pour valider les acquis du stage. Dans ce cas, ils correspondent au niveau 2 de l’échelle de l’évaluation de la formation de Kirkpatrick.

 

2. Un outil de diagnostic préalable à un parcours de formation

La direction formation d’un équipementier de premier rang souhaite établir des parcours de formation personnalisés en fonction des besoins de la population-cible, composée de professionnels de la fonction Achats dans le monde (plus de 1000 personnes concernées sur 2 ans).

Le dispositif mis en place est le suivant :

– un test de connaissance évalue le niveau technique ;

– une auto-évaluation des compétences complète ce test en positionnant les collaborateurs par rapport à une grille de compétences liées à leur fonction ;

– les managers reçoivent les résultats de leurs collaborateurs et sont invités à valider ou à amender en ligne le diagnostic issu des deux étapes précédentes ;

– le service Formation réceptionne l’ensemble des éléments et est en mesure de construire un parcours de formation adapté, en fonction des résultats et des avis des managers.

Le couplage test de connaissance et auto-diagnostic de compétences permet de bien positionner les collaborateurs. La digitalisation du processus et les workflows mis en place sont nécessaires pour industrialiser de façon simple et efficace une gestion personnalisée des parcours de formation.

 

3. Un outil de mesure des progrès

Notre client, un leader du secteur pétrolier, a mis en place avant et après une formation métier, un test de connaissance extrêmement complet (une centaine de questions), pour juger quel est le niveau préalable des participants (ce qui dans certains cas permet de composer des groupes de niveau homogène ou pas), puis de mesurer si la formation leur a permis de mieux maîtriser le sujet. Le niveau avant-formation sert de référence et la mesure de l’écart est un indicateur de la contribution de la formation dans la montée en expertise des 400 personnes concernées par an.

 

Cet exemple de tableau de bord présente les résultats au sein d’une équipe :

tests de connaissances

 

4. Un outil de certification

Un réseau de banques de détail français doit se conformer à des obligations légales lui demandant de certifier ses commerciaux qui proposent des produits d’assurance à leurs clients. Les normes réglementaires évoluant en permanence, ce sont plus de 1 000 personnes par an qui doivent passer des tests de validation des acquis, après avoir suivi une formation sur les produits d’assurance. Ces tests sont diffusés en complément de l’évaluation à chaud de la formation, et leurs résultats permettent de délivrer une autorisation de vendre les produits sur lesquels les commerciaux ont été formés.

Ce type de test est également utilisé en dehors d’une formation, par exemple pour connaitre le degré de connaissance d’une population de vendeurs au sujet d’une gamme de nouveaux produits.

 

En dehors ce ces situations de validation des acquis, le quiz est un outil pédagogique à part entière, dont l’apport réside dans le questionnement lui-même : se poser des questions, être amené à réfléchir, participe pleinement au processus d’apprentissage. L’affichage en temps réel des réponses attendues est aussi un moyen de renforcer les vertus pédagogiques du dispositif. Quels que soient les objectifs fixés et les situations de passation, toute la difficulté de la mise en place d’un quiz réside dans le choix et la formulation des questions : consultez nos recommandations dans notre précédent article.

 

 

Par Cécile Robert

Diplômée de l’ESCP Europe, Cécile Robert a commencé sa carrière chez Arthur Andersen puis BearingPoint, où elle apprend la conduite du changement et le rôle de la formation et de la communication au sein de grands projets. Après cette expérience, elle dirige les départements marketing et communication de Xerfi puis de la division Formations et Événements d’Infopro Digital, et développe ensuite cette expertise au sein de Valinco Conseil.